Véritable phénomène de mode dans le secteur du loisir. Le jeu d’évasion s’impose également dans le domaine des RH pour permettre à des recruteurs de repérer les qualités qu’ils recherchent chez un candidat.

Depuis quatre ans, les salles de Live Escape Game se multiplient partout en France. Aujourd’hui, le site escapegame.paris recense près de 560 lieux soit plus de 1480 salles différentes. Si les trames scénaristiques et les univers changent, le concept reste identique : travailler en équipe pour s’échapper d’une salle avant la fin du temps imparti. Ces jeux d’évasion grandeur nature se sont imposés comme une véritable activité de loisirs. Ce concept attire également de plus en plus les Services des Ressources Humaines des entreprises car il présente de nombreux avantages dont celui de révéler le potentiel des candidats et de les apercevoir sous un nouvel angle. Bien plus qu’un outil de team-building, l’escape peut devenir une nouvelle étape des processus de recrutement.

Du team-building à l’outil de recrutement

Les entreprises ont découvert les vertus de cette nouvelle pratique grâce aux plateformes recensant les activités de team building. 20% des enseignes proposent au moins une salle doublée pour jouer en parallèle. Ainsi, les managers et responsables RH peuvent renforcer la cohésion inter-services, créer une interaction entre des équipes qui n’ont pas l’occasion de travailler ensemble ou initier une émulation entre différents départements. Il est possible de pratiquer le concept d’escape-game at work sous différentes formes et avec différents objectifs. Différents cubes géants contenant des énigmes et casse-têtes peuvent suffire : Déposées sur des tables, les différents groupes devront trouver le moyen d’ouvrir les cadenas et résoudre les énigmes. Ainsi ils sont plongés dans une aventure d’environ 60 minutes.

31959916494_0ddb9a3197_k
« Aucun livre, aucune méthode n’explique comment se comporter en équipe dans un escape game pour réussir à décrocher un emploi. »

Dans un processus de recrutement, le risque 0 n’existe pas. Après avoir effectué une pré-sélection des candidats sur la base de leurs compétences (C.V), les avoir testés sur un business case, et rencontré en entretien, il est toujours possible que l’intégration du nouveau collaborateur pose problème vis-à-vis de la culture de l’entreprise, soit au niveau de ses compétences réelles. De nombreux livres ou guides enseignent comment réussir un entretien d’embauche aux candidats. Aucun livre, aucune méthode n’explique comment se comporter en équipe dans un escape game pour réussir à décrocher un emploi. Un candidat qui a bien préparé son entretien peut, jouer un rôle pendant le processus de sélection et se révéler sous sa vraie nature par la suite : certains tenteront de laisser leur empreinte au point de détruire ce qui existe déjà, d’autres auront tendance à se montrer beaucoup moins fédérateur que ce qu’ils annonçaient en entretien…

Un révélateur des compétences comportementales

31988733023_1cc761798e_o

Pourquoi poser, encore et toujours, la traditionnelle question sur les qualités et les défauts, quand il est possible d’observer les réactions et attitudes dans une mise en situation ? En escape game, la personnalité des joueurs se révèlent naturellement. PWC, cabinet d’audit et de conseil, teste ses auditeurs juniors en plaçant une valise cadenassée sur une table dans un salon de recrutement. Cette valise contenait des énigmes et des casses têtes sans rapport avec le métier. 30 minutes seulement pour arriver au bout de ce défi. Au terme de celui-ci, les candidats repartent avec un débriefing personnalisé tout en ayant passé un bon moment. Le recruteur a quant à lui une première analyse sur les candidats sur des éléments clés du recrutement : leadership, patience, communication, proactivité, observation, … Ces comportements naturels et soft-skills, vont se révéler tout naturellement car les candidats se prêtent au jeu. Ils n’ont pas le temps de réfléchir à comment ils souhaitent être perçu, ils doivent avancer dans la partie et concilier avec une équipe d’inconnus. Les autres candidats ne sont pas des adversaires mais des coéquipiers.

L’Escape Game peut aussi s’imaginer dans le cadre d’un processus de recrutement plus précis, par exemple pour des tops-managers ou hauts-potentiels. Après une pré-sélection de 10 profils, inviter les candidats afin d’identifier les 3 profils qui correspondent le plus aux attentes de l’entreprise et les rencontrer. Ils donnent autant d’indices sur la manière dont ils se comporteront en entreprise face à un projet, face au stress…. S’ils n’auront jamais à désamorcer une vraie bombe, mais Ils montreront comment ils mèneront à bien un projet, comment ils s’intégreront dans un projet collectif.

Certaines entreprises telle que PWC ont déjà franchi le pas. IBM a ouvert les inscriptions à son propre escape-game de recrutement. Est-ce que vous êtes prêts à changer votre mode de recrutement avec nous ?

Auteur

Denis Soune Seyne