Pourquoi un cabinet créatif aurait besoin des méthodes de l’improvisation appliquée pour avoir encore plus de bonnes idées ? C’est pourtant le cas chez RH Strategic, un cabinet de relations publiques avec des bureaux à Washington et à Seattle.

« Les relations publiques constituent un domaine très créatif, mais il y a beaucoup de demandes et des délais courts pour nos collaborateurs. Cela nous demande d’avoir beaucoup de créativité », explique la directrice générale Jen Bemisderfer.

«Nous avons décidé de pratiquer l’improvisation appliquée en essai lors d’un séminaire d’entreprise pour permettre aux collaborateurs de prendre du recul, de travailler ensemble plus efficacement et d’appréhender la créativité de leur travail».

Pourtant, ils avaient des réserves, car c’était leur première expérience avec les méthodes de l’improvisation managériale.

« Les Millennials dans mon cabinet pouvaient être un peu fatigués. Ils ne sont pas facilement impressionnés. J’étais inquiète, mais j’espérais que tout le monde s’y mettrait « , a-t-elle ajouté.

Aydo - consulting - RéunionDès le début de l’atelier d’improvisation, leurs craintes ont été mises au placard. « Il est très vite devenu évident que les méthodes de l’improvisation appliquée nous ont permis de mettre en place un processus avec des résultats clairement définis. C’est créatif, mais c’est toujours intentionnel et structuré. Les membres de l’équipe ont appris à se faire confiance avec leurs idées. Sinon, vous créerez une culture qui supprime l’émergence d’idées et la créativité. »

Comme lors de notre premier exemple dans l’administration, RH stratégic a rapidement vu que l’amélioration de l’organisation avait permis de créer un espace pour toute l’équipe, quel que soit leur titre, pour contribuer et s’appuyer sur des idées de tous.

RH Strategic a pu traduire ces compétences en résultats tangibles. »Pour nous, étant une entreprise qui doit jongler avec les délais et la créativité, les compétences que nous sommes parvenus à développer sont inestimables », a-t-elle ajouté.

«En tant qu’organisme, nous mettons en place plus de temps pour brainstormer et écouter les idées de chacun, même si elles semblent folles au premier abord ! Nous entendons encore beaucoup de «Oui et …» autour du bureau », a déclaré Jen Bemisderfer.

Auteur

Abdelilah Chaoui